ITIE-Gabon : Le premier rapport attendu au deuxième trimestre de l’année 2023

Le Gabon a réintégré l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) en octobre 2021 après 8 ans d’absence. En renouvelant son engagement à l’égard de la transparence des industries extractives, le Gabon est devenu le 27e pays africain membre de cette organisation. La première session, tenue ce jeudi 21 avril à Libreville, a été l’occasion d’examiner les modalités d’application et de fonctionnement de la norme ITIE dans le pays dont le premier rapport est prévu pour 2023.  

Première session d’une série de 8 étalées sur l’année en cours, cette réunion de travail a permis au groupe d’intérêt pour l’Initiative pour la Transparence dans les industries extractives au Gabon d’évaluer les éléments contenus dans le tableau de bord des activités de l’année 2021 et de répertorier les perspectives du plan d’action 2022. Le groupe a également fixé son budget selon Marcelin Nziengui, le Secrétaire technique d’ITIE-Gabon.

Le pays est contraint d’honorer ses obligations. A cet effet, Marcelin Nziengui déclare que « Le Gabon doit faire face à deux exigences qu’il doit satisfaire, produire le premier rapport ITIE à l’horizon du 24 avril 2023 et ensuite la deuxième exigence est celle de pouvoir entamer la première validation à l’horizon du 1er juillet 2024 ».

Partie prenante, le président de l’Union minière du Gabon (UMIGA), Thomas PUCHEU, a rappelé l’implication et l’apport du secteur privé à la réintégration du Gabon à cette initiative et rassure sur la participation et la contribution de l’organisation dont il a la charge à l’élaboration du rapport très attendu au deuxième trimestre de l’année prochaine.

L’ITIE a pour mission la promotion d’une gestion ouverte et responsable des ressources pétrolières, gazières et minières.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top