Affaire BGFIBank RDC : des enquêtes judiciaires sont en cours

C’est ce que vient d’indiquer un communiqué de la banque suite aux nombreuses révélations d’un collectif de médias concernant des transactions jugées problématiques effectuées par sa filiale RD Congolaise. La banque que dirige Henri Claude Oyima,  a indiqué  ce mercredi 24 novembre 2021 que des enquêtes judiciaires étaient en cours  pour faire  la lumière sur cette affaire.

Selon le dit communiqué   « Contactée avant la diffusion de ces allégations, le Groupe BGFIBank, tout en décriant les méthodes d’obtention de ces documents et en questionnant leur authenticité́, a résolu de ne pas y répondre ni de les commenter, afin d’observer le devoir de réserve qu’imposent les enquêtes judiciaires en cours relatives aux révélations faites »,   dit le communiqué.

Avant de préciser que,  «   Pour sa part, le Groupe BGFIBank désapprouve toutes pratiques douteuses ayant pu être commises par le passé au sein de BGFIBank RDC SA et c’est pourquoi, dès 2018, la Banque a pris les mesures d’assainissement qui s’imposaient, notamment
– la restructuration de son capital social ;
– le renforcement de sa gouvernance tant au niveau du Conseil d’Administration que de la Direction Générale ;
– la réalisation d’un audit interne pour identifier les méthodes de contournement ayant pu être utilisées pour enfreindre les procédures de contrôle de la Banque;

– le renforcement des dispositifs de contrôle interne ainsi que des mesures de remédiation afin de se conformer à la réglementation bancaire applicable en RDC,
– la mise en place de nouvelles procédures de gestion garantissant une plus grande transparence de ses opérations ;
– la certification AML 30 000 relative à la lutte anti blanchiment des capitaux et de lutte contre le terrorisme ;
– la désignation de nouveaux dirigeants au profil éprouvé́ ;

– le dépôt d’une plainte avec constitution de partie civile devant le Parquet General pour que les responsabilités soient établies et que leurs auteurs soient sanctionnés pour les faits reprochés ;
– la pleine coopération avec les instances étatiques en charge du dossier (Ministère des Finances, Parquet Général, Inspection Générale des Finances, Banque Centrale du Congo…) », précise le communiqué de la banque.

C’est donc des enquêtes qui devraient permettre de faire la lumière sur les accusations faites par certaines ONG et médias. Mais également connaître si possible les commanditaires   de cette campagne contre BGFI Bank.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Commentaire
scroll to top