Affaire Laccruche Alihanga : Me Anges Kevin Nzigou tente de rouler le public dans la farine.

Me Anges Kevin Nzigou, l’avocat de Brice Laccruche Alihanga, l’ex-directeur de cabinet du président de la République, a affirmé que son client et lui n’étaient pas informés des nouvelles charges pour lesquelles son client est poursuivi. Il s’agirait d’un grossier mensonge à l’analyse de la publication de l’hebdomadaire Africa intelligence.

Lors de sa conférence de presse, Me Anges Kévin Nzigou affirme avoir rencontré son client le 23 Avril 2021 au tribunal de Libreville. Son client étant en détention, comment s’est déroulée cette rencontre ? L’avocat de l’ex directeur cabinet, d’Ali Bongo Ondimba, a omis sciemment de préciser qu’ils ont été reçus à cet effet le jour indiqué ci-dessus par le magistrat instructeur en charge du dossier de Brice Laccruche Alihanga, si tant est qu’il s’agisse véritablement de sa véritable identité.

A cet effet, il leur a été notifié les nouveaux chefs d’inculpation contre le « blanc d’Eyouga ». Le confidentiel Africa Intelligence renseigne que plusieurs parents, notamment sa mère, ont été interrogés, il est également fait mention du fait qu’il aurait bénéficié de la complicité d’un maire et d’un juge administratif pour se faire établir ce document.

Contrairement aux dires de Me Anges Kevin Nzigou, son client et lui ont bien été informés que les nouvelles charges qui pèsent sur l’ancien directeur de cabinet du président de la République sont des faits de faux et usage de faux. Et l’hebdomadaire de préciser que cet acte de naissance lui permettrait de se présenter à des élections conformément à la loi en vigueur dans notre pays.

Le procès qui s’est ouvert ce 29 avril, pourrait conduire d’autres personnalités du pays à « sans famille ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Commentaire
scroll to top