Affaire Pierre Alain Mounguengui: Franck Nguema met les choses au claire

Voulant avoir des explications sur l’interpellation et la détention préventive de Pierre-Alain Mounguengui, la Confédération Africaine de Football (CAF) a transmis un courrier au ministère des Sports le 28 avril 2022. Peu convaincue sur cette procédure qui vise le président de Fédération gabonaise de football (Fegafoot), le ministre Franck Nguema c’est fait le devoir d’apporter des éclaircissements à cette organisation internationale.

Pierre-Alain Mounguengui, le Président de la fédération gabonaise de football, aura eu peu de temps pour savourer sa réélection à la tête de cette institution. Actuellement en détention, la CAF a exigée du ministre de tutelle gabonais des éclaircissements sur ce dossier qui touche directement Pierre-Alain Mounguengui, qui est de fait membre du comité exécutif de l’instance dirigeante du football continental (CAF) qui va se réunir au cours de cette semaine.

Selon la CAF, l’interpellation et la détention préventive de Pierre-Alain Mounguengui est «une coïncidence troublante et ses motifs peu clairs». La CAF évoque également l’atmosphère particulière qui a prévalu autour de la réélection de Mounguengui. Des éléments mis en place pour écarter l’actuel président de la Fegafoot du scrutin.

Répondant à cette organisation continentale, le ministre des Sports rappelle que Pierre-Alain Mounguengui fait « l’objet d’une procédure judiciaire au motif qu’il aurait gardé le silence face aux abus sexuels qu’auraient vécus pendant des années, des centaines de footballeurs mineurs de la part de leurs encadreurs dont il est le président fédéral depuis huit (8) ans, soit de 2014 à 2022». Et que le mis en cause bénéficie de la présomption d’innocence.  

Le Ministre de la jeunesse et des Sports, Franck Nguema atteste par ailleurs que « les conditions de détention de M. Mounguengui s’effectuent dans le strict respect des droits de l’homme» et qu’il se «porte bien ». Par conséquent, la CAF ne devrait pas se faire du souci selon Franck Nguema rappelant au passage que l’ancien sélectionneur des U17, Patrick Assoumou Eyi, les cas d’Orphée Mikala et Triphel Mabika font aussi l’objet de détention provisoire .  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top