Agitation d’opposants à Paris : ce qui s’est réellement passé à Paris.

Pendant le séjour du chef de l’Etat, Ali Bongo à Paris,  quelques gabonais se sont rendus dans l’un des hôtels où il devait séjourner, en organisant  au passage de l’agitation. Le  vendredi 19 novembre dernier, à l’émission « Da Fresh Morning » sur Urban FM,  le porte-parole de la Présidence de la République, a retracé les faits.

En effet,  il s’agissait, selon le porte-parole de la présidence de la république, de six personnes qui se sont présentées dans un hôtel qui n’était pas celui dans lequel se trouvait le chef de l’Etat. Ces derniers ont fait du vacarme en pensant trouver le chef d’Etat. « En réalité, ce n’est pas l’image du président qui est atteinte. C’est l’image du pays » , a regretté le porte-parole.

Avant de s’interroger sur les objectifs recherchés, « tout le monde peut avoir des revendications. Encore faut-il s’asseoir autour d’une table et discuter. Chaque semaine, le président de la République parle avec des personnes qui ne sont pas du même bord politique que lui. Il y a au gouvernement des ministres issus des rangs de l’opposition » dit –il

Et de préciser que, « Des quelques vidéos qui ont circulé sur les réseaux sociaux et qui m’ont été envoyée, à part nous servir à nouveau l’histoire abracadabrantesque du sosie en disant qu’il y a un complot planétaire avec les cinq dirigeants de certaines des plus grandes puissances mondiales que le président gabonais a rencontré tout au long de sa tournée qui seraient d’accord pour dire qu’en réalité il ne s’agit pas du président de la République.

Ou que, finalement, c’est bien lui mais qu’il ne serait pas en capacité intellectuel de gérer le pays alors qu’il a des têtes à têtes avec eux, qu’il discute de la mise en œuvre de programmes bilatéraux, alors qu’il est sollicité en tant que représentant d’un État futur membre du Conseil de sécurité de l’ONU pour des questions de paix sur le continent, etc. A un moment donné, il faut être sérieux ».

Ainsi, pour le porte-parole, ces personnes ternissent l’image du pays à l’extérieur, pour des fallacieux prétextes. Quand bien même ils continuent à aller établir  leurs documents  à l’ambassade sans être inquiétés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top