Amendes Covid-19 : les précisions de Jessye Ella Ekogha.

Les nouvelles mesures et dispositions prises par le gouvernement pour amener les gabonais à avoir des comportements plus responsables, manquaient de précisions. Le porte-parole de la Présidence de la République, Jessy Ella Ekogha, lors de sa traditionnelle conférence de presse lundi dernier, a relevé toutes les procédures en ce qui concerne le paiement desdites amendes.

Questionné au sujet du montant et de la procédure de paiement des amendes en cas de non-respect du port du masque ou des gestes barrières. Le, parole de la présidence de la république, a donné aux journalistes toutes les précisions utiles. S’agissant du montant des amendes, lorsqu’il y a infraction, il y a un montant plancher et un montant plafond, de 25 000 à 200 000 FCFA. « Le montant plancher de 25 000 FCFA correspond à l’amende standard, celle qui est décernée la première fois que vous êtes interpellés parce que vous ne portez pas le masque ou que vous le portez mal. Ensuite, le montant de cette amende augmente graduellement en cas de récidive et de multi-récidive. « a dit le porte-parole de la Présidence de la République.

Avant de clore son propos, ce dernier a également insisté sur le mode ou modalité de paiement pour éviter, des abus, ou des cas d’escroqueries. C’est pourquoi, selon le porte-parole de la Présidence de la République, deux cas de figures se présentent aux agents de police pour exiger le paiement des amendes.

« Soit les agents de police détiennent des quittances du Trésor. En ce cas, si vous êtes par exemple piéton, ceux-ci récupèrent votre carte d’identité, vous délivrent une quittance, vous vous rendez au Trésor public pour payer l’amende, ensuite vous vous rendez au commissariat du lieu de la verbalisation pour récupérer votre carte d’identité .

Si les agents de police n’ont pas de quittance, ils récupèrent votre carte d’identité et vous verbalisent, vous vous rendez au Trésor avec la copie du PV, vous payez l’amende au Trésor public qui vous délivre une quittance et c’est muni de cette quittance que vous vous rendez au commissariat le plus proche du lieu de la verbalisation pour récupérer votre pièce d’identité.

Donc en aucun cas vous ne devez payer directement l’agent. C’est de la concussion, autrement dit de la corruption d’agent public passible de lourdes amendes et de peines de prison », a expliqué, Jessy Ella Ekogha, porte-parole de la Présidence de République.

Des précisions qui devraient amener les gabonais à faire un peu plus attention et avoir des comportements responsables pour éviter de recevoir des amendes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Commentaire
scroll to top