Assassinat de Jovenel Moïse : plusieurs assaillants désormais hors d’état de nuire

La police haïtienne a récemment annoncé avoir tué quatre des présumés assassins du président Jovenel Moïse, tué à son domicile pendant la nuit, et en avoir arrêté deux autres.

Les forces de l’ordre combattent toujours certains des assaillants, a déclaré le directeur général de la police nationale d’Haïti, Léon Charles, à la télévision. « Ils seront tués ou capturés. Quatre mercenaires ont été tués, deux ont été interceptés sous notre contrôle. Trois policiers qui avaient été pris en otage ont été récupérés », a-t-il affirmé sur les ondes de la télévision. Environ une heure trente auparavant, le secrétaire d’État à la Communication d’Haïti, Frantz Exantus, avait affirmé que la police avait arrêté des membres présumés du commando qui ont tué le président.

En effet, la mort du chef d’État haïtien, en début de journée, a plongé le pays dans une grande incertitude. La nouvelle de son assassinat par des assaillants armés avait d’abord été confirmée sur les réseaux sociaux par le premier ministre par intérim Claude Joseph, qui s’est ensuite adressé aux Haïtiens plus tard dans la matinée.

Évoquant un acte odieux, inhumain et barbare, Joseph a imputé l’exécution du président de 53 ans à un groupe d’étrangers qui parlaient anglais et espagnol. Il n’avait alors évoqué aucune arrestation, mais avait assuré que cette mort ne resterait pas impunie. Il avait promis que les assassins de Jovenel Moïse « paieraient pour ce qu’ils ont fait devant la justice. Ce sont la démocratie et la République qui doivent gagner. Les forces obscures vont perdre », a-t-il martelé dans son discours en créole.

Claude Joseph a néanmoins affirmé que la situation sécuritaire [était] sous contrôle, et que la police et l’armée assuraient le maintien de l’ordre.

Source Radio Canada

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top