Cap Lopez : Perenco consolide ses installations et ses mesures de sécurité

Après la fuite détectée le 28 avril 2022 dernier au terminal pétrolier du Cap Lopez dans la province de l’Ogooué Maritime, le ministère du Pétrole a au terme d’une visite de terrain sur le site concerné indiqué que l’entreprise Perenco a effectivement lancé des travaux de renforcement de son équipement sur ledit terminal.

« La situation est bien maîtrisée. Les équipes sont à pied d’œuvre pour sécuriser les installations. Un pompage d’hydrocarbures retenus par des merlons est en train d’être effectué sur d’autres tanks. L’objectif est de pomper rapidement ces hydrocarbures afin que les installations impactées par ce déversement soient nettoyées et que le terminal rentre dans son fonctionnement optimal », a déclaré le directeur général des hydrocarbures au ministère du Pétrole, Edgard Mbina Kombila.

Les travaux et la surveillance effectués laissent croire que la fuite n’aura pas de conséquence sur l’environnement. En effet, depuis que cet incident est arrivé, les pêcheurs ont continué leur activité. Un constat corroboré par Freddy Cocovi, secrétaire général de la chefferie du Cap Lopez. « Il n’y a pas à ce jour de dépôt de pétrole dans la mer. L’incident survenu au terminal ne nous empêche nullement de pratiquer notre activité, vu qu’il n’y a aucune trace de pétrole dans l’eau », a-t-il souligné.  

On est donc loin de la « catastrophe écologique annoncée par plusieurs organisations de la société civile. Toutefois, leur demande d’audit et d’évaluation des structures d’évacuation, de transport et de stockage de Pétrole au Gabon, pour éviter ce genre d’incident à l’avenir, reste une option à envisager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top