Climat / le Gabon reçoit son financement : la Marque de reconnaissance des efforts des autorités gabonaises.

une famille d'éléphants de forêt d'Afrique, la femelle et les éléphanteaux, cherchent leur nourriture dans le parc de la station de Lopé le 28 novembre 1999. *** Local Caption *** La rencontre avec les éléphants est courante dans la parc des Monts Birougou.

Les efforts consentis par les autorités gabonaises dans la lutte contre les changements climatiques viennent d’être récompensés.  C’est en tous cas ce à quoi ressemble le versement par la Norvège de 17 millions de dollars pour les 3,4 millions de tonnes de CO2 supplémentaires séquestrées en 2016 et 2017 par le pays.

En effet l’argent reçu devra servir au financement de politiques permettant de maîtriser l’évolution du couvert forestier qui représente aujourd’hui 88 % de la superficie du pays. Avec une population de moins de 2 millions d’habitants concentrée dans les villes côtières, la pression sur les forêts est avant tout liée à l’exploitation forestière.
Le ministre des eaux et forêts gabonais, Lee White, a remercié la Norvège de cette marque de reconnaissance, même s’il ne cache pas que le prix retenu ne valorise pas suffisamment, à ses yeux, les efforts accomplis.

Un geste de la   Norvège très apprécié à  juste titre  par le Gabon, qui manque  la validation par des standards internationaux des efforts des autorités gabonaises, Et,  envoie un signal fort aux acteurs du marché du carbone auprès desquels le Gabon espère trouver une source de financement. « La reconnaissance par CAFI de notre système de surveillance et de nos données est particulièrement encourageante dans la mesure où elle constitue une référence mondiale en matière de paiements pour les réductions des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts », a déclaré Lee White, ministre de l’environnement.

Étant  d’importants puits de carbone pour lutter contre le dérèglement climatique. Ce financement  vient déclencher et encourager davantage les efforts des autorités  gabonaises dans leur lutte contre les changements climatiques et la préservation de la biodiversité.
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top