Corruption : Francis Nkea entend faire reculer ce phénomène qui gangrène la société

En tandem avec l’Agence gabonaise de normalisation (AGANOR), le gouvernement gabonais compte instituer une norme qui permettra d’établir des standards à respecter dans le secteur public. Ceci, sur « très hautes instructions » du chef de l’État, Ali Bongo Ondimba qui a prescrit la maîtrise des risques de corruption dans l’administration gabonaise.

En claire, le Gabon a en projet de rendre obligatoire la norme anticorruption ISO 37001 dans le secteur public à savoir dans les administrations et les entreprises. C’est du moins ce qui ressort d’une séance de travail organisé le 26 octobre à Libreville entre le ministre de la Promotion de la bonne gouvernance, Francis Nkea Ndzigue et des responsables de l’Agence gabonaise des normes.

Notons que, si cette norme est finalement admise, le pays pourrait faire reculer un phénomène qui gangrène la société et l’économie du pays. « La substance de ces échanges a porté sur le processus de contextualisation et de législation de la norme ISO 37001 relative à la lutte contre la corruption afin de la rendre adaptée et surtout obligatoire. La norme ISO 37001 décrit la mise en œuvre de politiques, de procédures et de moyens de contrôle aux risques de corruption auxquels est exposée l’administration », apprend-on.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Commentaire
scroll to top