Décharge à ciel ouvert à Libreville : Christine Mba perd le contrôle de la situation

Plus rien ne va dans le Grand Libreville. Après les quartiers, les marchés, les carrefours et bien d’autres. C’est au tour du centre-ville de Libreville de faire face aux immondices, aux montagnes d’ordures ménagés et ce à la barbe et au nez de la mairie centrale de la commune de Libreville.

Visiblement spécialiste dans des projets fumeuses à l’instar du dernier en date « Week-end propres » pondu en un temps record et présenté au Chef de l’Etat. Ou encore des annonces en grande pompes toujours en attente de réalisation. L’édile de la commune de Libreville semble visiblement dépassé par l’ampleur de la tâche qui lui a été explicitement confiée par Ali Bongo Ondimba.

En effet, vivre ou travailler à côté des déchets ménagers, des montagnes d’immondices grouillants de gros rats porteurs de maladies, d’asticots, de mouches. Dégageant des odeurs nauséabondes, est devenu quelque chose de presque normal à Libreville. Plus personne ne s’offusque d’être confronté à ce spectacle pourtant dégradant pour la première vitrine du pays qui aspire à se lancer dans le tourisme.

Jadis considéré comme un sanctuaire en raison de sa proximité avec plusieurs centres de décisions, notamment, la Présidence de la République, le Centre-ville de Libreville s’enlaidit chaque jour de bennes à ordures hideuses à l’exemple de ces trois bennes visibles dans le carrefour entre GIPA et la SNBG.

L’incivisme de la population étant en grande partie à l’origine de cette situation, néanmoins selon les observateurs il semblerait surtout que des autorités compétentes qui semblent n’avoir de stratégies que dans l’urgence aient finalement baissés les bras en attente surement d’un miracle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top