Déclaré « indésirable » par plusieurs opposants, Alexandre Barro Chambrier se tourne vers Guy Nzouba-Ndama

L’intention du président du Rassemblement pour la modernité (RPM) est un secret de polichinelle. Devenir le candidat unique de l’opposition est un statut qu’il veut obtenir à tout prix, pour faire vivre au Président de la République Ali Bongo, ses pires moments de sa vie de politicien. Econduit par Paulette Missambo, alors fraichement élue à la tête de l’Union nationale  en remplacement de Zacharie Myboto, raillé par Jean Ping et vomi par Appel à agir, Alexandre Barro Chambrier se tourne vers le président des Démocrates, Guy Nzouba-Ndama qu’il a rencontré lundi 17 janvier. Là aussi, peine perdue.

« J’ai eu le plaisir ce matin de m’entretenir avec le Président Guy Nzouba Ndama au siège du Parti Les Démocrates. L’échange a été fructueux, riche et plein d’enseignements », peut on lire sur un post de M. Barro Chambrier. L’intention du leader de RPM serait ainsi de tisser sa toile. En obtenant le soutien du président Guy Nzouba Ndama, il ne manquera pas d’atouts pour ses ambitions présidentielles.  Mais les sourires affichés au moment de la photo cachent une tout autre réalité.

« Nous savons qu’Alexandre est candidat à la présidentielle de 2023 et qu’il souhaiterait être le candidat unique de l’opposition. Mais nous lui avons rappelé la position des Démocrates à ce sujet. L’union devra se faire au second tour en faveur du candidat le mieux placé », explique un collaborateur de Guy Nzouba Ndama, à La Libreville.

Même son de cloche du coté de l’Union nationale. En novembre dernier déjà, la position de Paulette Missambo, alors fraichement élue à la tête de l’Union nationale avait refroidi les velléités du fils de feu Chambrier.

L’idée d’un Alexandre Barro Chambrier, candidat unique de l’opposition n’est pas aussi du goût des partisans de Jean Ping. Vaincu lors de la dernière élection présidentielle, le président de la CNR veut reprendre du poil de la bête. Enfin, voulant mettre toutes (ses) forces dans les chances de l’union, Alexandre  Barro Chambrier n’est guère apprécié du coté d’Appel à agir, qui entend bien jouer les trublions en 2023. La-bàs aussi, on ne veut pas entendre parler du président du RPM comme candidat de l’opposition en 2023.

A l’approche de la présidentielle gabonaise, l’opposition semble plus que jamais divisée au regard des nombreuses personnalités qui ont déjà fait savoir qu’elles seraient candidates lors de cette élection. C’est le cas de Mike Jocktane, de Charles Mba et bien d’autres. Alexandre  Barro Chambrier devra faire face à cette impasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top