Des parcelles pour des gabonais avant fin 2022, selon le ministre de l’Habitat

L’annonce de cette promesse a été faite lors des dernières matinées du Plan d’accélération de la Transformation(PAT) par le  ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et du Logement, Olivier Nang Ekomie. Il s’agit pour le ministre de s’appuyer sur le financement de voiries et réseaux divers(VRD), pour permettre aux gabonais économiquement faibles d’avoir des parcelles viabilisées avant la fin de l’année 2022.

Une fois les voiries et réseaux divers  (VRD) en place, cela permettra un  amortissement  des coûts trop élevés des logements sociaux au Gabon. Pour le ministre Olivier Nang Ekomie, les pratiques seraient dues au fait que l’Etat s’était désengagé de supporter certaines charges, dont les VRD. Confiées aux entreprises privées, pour rentabiliser leurs investissements. Par rapport à ce qui se faisait antérieurement, à l’exemple des logements sociaux de la Société nationale immobilière (SNI), dont les coûts étaient à 60 mille francs par loyer, car le gros des charges était supporté par l’Etat. Le ministre Nang Ekomie compte donc  ouvrir des négociations avec les bailleurs de fonds.

Une fois les financements trouvés, la technique  technique va permettre  au GEF d’avoir  des parcelles constructibles. «  Avant la fin de cette année, on va servir aux personnes exclues de ce marché normal et régulier de l’immobilier, parce qu’ils ont des revenus modestes. On ira chercher particulièrement ces gens-là. Et on va donc leur donner des parcelles constructibles », a annoncé le ministre chargé de l’Urbanisme et du Logement, Olivier Nang Ekomie.

Avant de poursuivre, « des prix alléchants seront faits à des personnes qui sont classées gabonais économiquement faibles ». « Ce n’est que la mission régalienne normale de l’Etat, de s’occuper de toutes les couches de la population, notamment les strates les moins nanties », a-t-il conclu.

Il est à noter que la problématique du logement au Gabon demeure une véritable préoccupation pour les autorités qui cherchent des voies et moyens afin de bien loger les compatriotes estimés à près de 70% de la population gabonaise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Commentaire
scroll to top