Diversification de l’économie : le climat pour remplacer l’économie pétrolière.

Dans le processus de diversification de l’économie gabonaise, les autorités ont mis en place des mécanismes et des stratégies,  en vue d’une exploitation responsable  du couvert forestier.
 
En effet, les mécanismes de gestion de la forêt mis en place par les autorités gabonaises,  sont  appréciés au sein de plusieurs pays  à travers le monde.  Avec la diminution de ses réserves de pétrole, le Gabon parie qu’une exploitation forestière prudente peut préserver la vaste richesse de ses forêts, en réduisant de moitié ses émissions de carbone associées tout en produisant plus de bois.
 
Le média anglais Reuters, a dans un récent article sur la gestion forestière et le potentiel forestier gabonais indiqué que,  « le Gabon fait face à une énigme. Sa part relativement intacte de la forêt tropicale du bassin du Congo en fait l’un des pays les plus boisés du monde, un refuge pour les animaux en voie de disparition et l’un des rares absorbeurs nets de dioxyde de carbone qui réchauffe le climat.

Mais avec l’industrie pétrolière qui alimente 45% de son économie en déclin, le soi-disant « Gabon vert » veut développer d’autres industries tout en maintenant sa couverture forestière au-dessus de 85%. Le ministre des Forêts, Lee White, pense que l’exploitation forestière fait partie de la solution. Il affirme que l’abattage respectueux du carbone, une réglementation plus stricte et une transformation du bois plus locale généreront de la valeur à partir des forêts tout en minimisant les dommages environnementaux, » fait savoir Reuters.

Pour le ministre des eaux et forêts, il faut une gestion rationnelle des ressources forestières, et une   transformation locale  du bois pour créer  des emplois pour les populations résidentes. « Laissez-les venir ici et me montrer comment gérer la forêt et comment créer des emplois pour le peuple gabonais et comment remplacer l’économie pétrolière que nous allons perdre », a déclaré Pr Lee White. Avant d’ajouter qu’ Il doit y avoir un accord équitable pour le Gabon. Et nous pensons que l’accord équitable implique une foresterie durable », a-t-il déclaré. « Si vous le faites bien, vous gardez la forêt. Si vous le faites mal, vous perdez la forêt. »

Grâce à la décision historique d’Ali Bongo Ondimba d’interdire l’exportation de grumes brutes, « au lieu des 200 dollars le mètre cube que le Gabon gagnait autrefois grâce aux exportations de bois brut, le contreplaqué rapporte 500 dollars et les meubles jusqu’à 3 000 dollars, tandis que la transformation supplémentaire a créé 8 000 nouveaux emplois, a déclaré Igor Simard, directeur gabonais de la société qui supervise le site », a indiqué le ministre de l’environnement.

Ainsi,  le Gabon mise  sur l’exploitation forestière durable  pour éviter la déforestation. Une protection des forêts qui mériterait des encouragements et un soutien multiformes.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top