Emission « face à vous » : le Premier Ministre ouvre les hostilités

Annoncé par le chef de l’Etat, pour permettre aux membres du gouvernement d’expliquer les grandes réformes et les chantiers entamés dans leurs départements ministériels. Et pour cette première Emission, du 17 Mai 2021, le Premier Ministre chef du gouvernement, Rose Christiane Ossouka Raponda a ouvert les hostilités, en présentant la politique de réduction des inégalités, le plan d’accélération de la transformation.

D’entrée de jeu, le premier ministre a exhumé sa détermination à amener à bien les dossiers qui lui ont été confiés par le chef de l’Etat et les stratégies à mettre en place. S’agissant de la réduction des inégalités, le premier Ministre estime que 80% des personnes qui subissent des violences sont des femmes.

« Quand on prend notre constitution, dans son préambule, il est dit dans son alinéa 2 l’affirmation de l’attachement au droits de l’homme, qui résume les droit de homme 1789, mais également les droits de l’homme de 1948 mais aussi consacré dans la charte africaine des droits de l’homme , également dans la charte nationale des libertés gabonaises, et cette déclaration universelle des droits de l’homme il est dit ceci, tous les hommes naissent libres égaux, en dignité et en droit « a souligné le premier ministre . Avant de regretter le fait qu’il y ait encore des disparités et des discriminations entre les femmes et les hommes.

En ce qui concerne les discriminations faites aux femmes, 80% des personnes qui subissent les violences sexuelles sont des femmes, 83 % subissent les violences économiques, des femmes, et 74% subissent des violences physique. Le premier ministre estime qu’il faut redonner à la femme sa dignité humaine.

Les femmes doivent avoir leurs droits et l’on devrait leur reconnaitre ces droits. Etant un combat de longue haleine, le premier pense qu’il faut faire de la pédagogie, pour que cette stratégie réintègre toutes les couches sociales de la société. La stratégie est donc clair, avec un chronogramme qui va s’étendre jusqu’en 2023. La première étape est l’écoute, à travers le 1404, mis à la disposition des femmes qui subissent des violences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Commentaire
scroll to top