Emprunt / Infrastructure : 90, 27 milliards de fcfa pour désenclaver la province de la Ngounié et faciliter l’accès du corridor Libreville-Brazzaville

L’Etat va recourir à un emprunt  de 90,27 milliards de FCFA, en vue du financement partiel de la phase 1 du Programme d’Appui au Secteur des Infrastructures au Gabon, (PASIG). C’est ce que vient de décider le conseil des ministres du 10 juin présidé par le Chef de l’État, Ali Bongo Ondimba.
 
Ces deux projets de loi stipulent d’une part, l’emprunt de 60, 8 milliards de Fcfa auprès de la BAD et d’autre part, de 29, 4 milliards FCFA auprès du Fonds Spécial Africa Growing Together Fund (AGTF) à travers la BAD agissant en qualité d’administrateur.
 
Le financement repose à cet effet sur cinq composantes dont des travaux routiers et de voiries, à travers la construction et le bitumage d’un tronçon à Libreville et de la section Ndendé-Doussala. Les aménagements connexes, avec la réhabilitation des pistes rurales et de la gare routière.
 
L’on note également la mise en place de structures de contrôle frontalier, de gestion de poste et de sécurité routière. Une autre composante concerne la gestion et la  coordination du projet. La dernière s’articule autour de l’expropriation et l’indemnisation au bénéfice des riverains des zones impactées par le projet, estimés à environ 100 000 personnes.

Notons qu’en décembre 2019, la BAD avait approuvé l’octroi d’un prêt pour le financement de la phase 1 de ce projet. Des emprunts qui permettront de donner une image un peu reluisante au pays, à travers le  désenclavement de  la province de la Ngounié et faciliter l’accès du corridor Libreville-Brazzaville par les localités de Ndendé-Doussala. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Commentaire
scroll to top