En route pour la mise en place d’un observatoire anti-corruption au Gabon

Les autorités gabonaises visent à mettre en place dans un proche avenir  un observatoire de lutte anti-corruption pour réduire les impacts de ce phénomène au Gabon. C’est ce qui émane d’une réunion tenue le 30 mars dernier entre le ministre de la Promotion de la bonne gouvernance et de la Lutte contre la corruption, Francis Nkea et les acteurs de la société civile membres de l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE), section Gabon.

Pour Georges Mpaga, point focal du collège de la société civile au Groupement ITIE Gabon « C’était pour des échanges et avoir un objectif clair sur la mise en place d’un observatoire anticorruption au Gabon. Nous saluons déjà les efforts qui se font au niveau du ministère de la Lutte contre la corruption. Nous voulons ensemble agir de façon dynamique et active pour que les efforts du Gabon soient amplifiés et que nous puissions ensemble atteindre des objectifs de réductions significatives de l’impact de la corruption au Gabon ».

Prenant la parole, le membre du gouvernement, en réponse aux   acteurs de la société civile, ont également insisté sur la mise en pratique de la norme Iso 37 001 qui présente de façon pratique la manière dont le dispositif sera mis en place. « Le principe c’est que la norme a créé un mécanisme de responsabilité pénale à l’égard de tous dirigeants administratifs, d’entreprises et de la société civile qui ne mettent pas en place un dispositif structurel de lutte contre la corruption. La norme crée ce qu’on appelle les délits des défauts de prévention de la corruption », a indiqué Francis Nkea.

Le ministère de la Lutte contre la corruption envisage aussi de mettre en place une plateforme de dénonciation des faits de corruption afin de lutter davantage contre la corruption. Ainsi, le département ministériel envisage de créer une académie dite d’excellence de lutte contre la corruption laquelle sera chargée de former les acteurs  institutionnels et ceux de la société civile.

Le Gabon a réintégré l’ITIE le 21 octobre 2021, cela après 8 ans d’absence. Cet instrument international qui est au centre de la bonne gouvernance est crédible pour évaluer la manière dont les États gèrent les ressources minières, pétrolières et gazières de chaque pays.

RépondreTransférer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top