FSBO : l’inclusion dans la vie sociale et économique des personnes handicapées pilier de son action.

Le mardi 1er septembre dernier, la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille a publié son rapport d’activité pour l’année 2020. L’assistance des personnes handicapées était au centre de ses préoccupations.

En effet, l’intensification de son action en faveur de l’inclusion dans la vie sociale et économique des personnes handicapées est l‘un des faits marquants de son rapport d’activités de l’année 2020. Selon le rapport de la Fondation, « les personnes vivant avec un handicap sont parmi les plus vulnérables au Gabon. Leurs conditions de vie (isolement, précarité, marginalisation de tout genre, insuffisance de textes de loi pour leur protection, chômage et exclusion sociale) sont un frein au bénéfice des droits fondamentaux auquel aspire tout être humain.

Au Gabon, 2,2% de la population serait en situation de handicap et la forme la plus répandue est le handicap moteur. Aussi, cette forme de handicap est-elle l’une des préoccupations de la Fondation », dit le rapport. Depuis 2010, la Fondation octroie du matériel de mobilité aux personnes vivant avec un handicap moteur et a mis en place un atelier de maintenance de ce matériel. Malgré l’existence de ce service après dotation et la bonne qualité de ses interventions, un vieillissement normal, dix ans après, a été constaté sur les premières machines distribuées, pénalisant ainsi leurs bénéficiaires.

Aussi, depuis novembre 2020, un programme de renouvellement progressif du matériel de mobilité électrique a été mis en place. Parallèlement, les nouvelles dotations se poursuivent. Les décisions sont prises au sein de commissions internes qui examinent tous les dossiers. Par la suite, les bénéficiaires reçoivent des formations théoriques et pratiques d’auto-école et d’utilisation du matériel.

Il faut rappeler que,  au cours de cette cérémonie, la Vice-Présidente de la Fondation a fait un vibrant plaidoyer en faveur de l’éducation inclusive : « Convaincus que tous les enfants ont droit à une éducation de qualité et adaptée à leurs besoins, nous avons fait le choix d’investir sur eux et sur leur avenir. Ne rien faire, tolérer cette marginalisation, c’est briser des rêves et des vies.

C’est affaiblir notre société toute entière en la privant de sa diversité, source de richesse. En effet, comme le dit St Exupéry, ‘si je diffère de toi, loin de te léser, je t’augmente.’ Nos différences nous enrichissent et nous rendent plus forts. Il est donc de la responsabilité collective d’améliorer les politiques et les programmes d’éducation pour rompre ce cercle vicieux de la marginalisation et promouvoir le vivre ensemble, au-delà des différences. »
Un rapport  qui démontre l’apport de cette Fondation, sa présence dans la vie des Gabonais et des personnes défavorisées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top