Gabon : Le président de la CPG dresse son bilan en réponse aux arguments des démissionnaires

Dans un communiqué paru mardi 3 mai dans la presse, plusieurs membres du patronat ont annoncé leur démission de la Confédération patronale gabonaise (CPG). Son président Alain Ba Oumar qui a par la suite réagi à cette décision a dit laisser la porte ouverte pour un retour des démissionnaires et présenté le bilan de ses actions depuis son élection.

Bien plus qu’une simple réponse aux démissions enregistrées à la Confédération patronale gabonaise, la réaction de son président est plutôt un bilan présenté à l’opinion publique.  En effet, il a tenu à retracer les actions menées depuis son élection en 2017. Le communiqué rendu public à cet effet évoque l’implication de la CPG dans la réforme des Codes pétrolier, minier et du travail, l’échange entre la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) et les entreprises des secteurs extractifs (pétrole, mines) sur la réglementation des changes.

Aussi, cite-il l’annulation par le gouvernement de certaines dispositions fiscales, notamment la taxe sur les transferts et primes de logement dans la loi des finances 2022 et la contribution à la formulation du projet de loi pour les investissements. Alain BA Oumar ajoute, parmi ses succès, l’arrivée de deux nouveaux secteurs d’activités importants à la CPG : l’agro-industrie avec le Groupe Olam et la santé composé d’une vingtaine de pharmacies et une clinique.

Poursuivant son bilan qui démontre des avancées notoires des projets de la PG, son président fait état de l’installation d’un écosystème destiné au développement de champions nationaux. Il a la mission d’ouvrir un Fonds de garantie de 60 milliards de FCFA, des formations en ligne, d’organiser de la sous-traitance dans le cadre du développement des chaînes de valeurs de la CPG, de rechercher de partenaires en joint-venture à travers les organisations patronales partenaires à travers le monde ou le partenariat avec le Mouvement des entreprises de France (Medef) pour la numérisation des contenus de formation professionnelle pour améliorer l’employabilité des jeunes Gabonais.

Un bilan qui semble contre tout attente contredire les allégations des démissionnaires pour qui, l’actuel président de la CPG ne garantit pas les intérêts des patrons. À ce sujet, Alain Ba Oumar souligne qu’il « prend acte du départ de certains de ses membres en désaccord » avec la dynamique impulsée. Il leur laisse la possibilité de réintégrer la CPG « au moment opportun ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top