Gabon / Politique : les opposants gabonais font –ils avancer la démocratie au Gabon ?

Depuis  1960, l’échiquier  politique national a connu plusieurs figures dans l’opposition. Toutes ces personnalités  ont souvent évoqué comme stratégie pour avoir des soutiens, le manque de démocratie dans le pays. Plus de 50 ans après, ces opposants malgré les nombreuses fonctions qu’ils ont occupées dans l’administration publique, toutes ces valeurs n’ont jamais vu le jour.
 
Ils sont nombreux  dans l’opposition à faire du paraître et à berner les populations à travers des discours  de liberté  et de démocratie. Mais lorsqu’on jette un regard sur le fonctionnement de leurs entités et partis politiques, l’on  constate que, la démocratie  et l’alternance qu’ils prônent  sont bien loin de la réalité.  Mais surtout qu’ils ne représentent rien sur le terrain.  Le désastre de ces partis  politiques lors des dernières élections couplées de 2018, illustre parfaitement ce fait.

En examinant  de façon  lucide  ce bord politique, l’on constate qu’il n’y a plus de véritables opposants au Gabon.  Comment explique-t-on que la très écrasante majorité populaire qui a soutenu l’élection de PING n’a pas réussi à obtenir une   majorité parlementaire de l’opposition en octobre 2018 ?  Comment comprendre  qu’aucun des 50 « Présidents » des 50 partis politiques dits de l’opposition enregistrés par le C.N.D,  ne soit élu et donc n’exerce aucun mandat électoral municipal, départemental ou parlementaire ? 
 
Au regard de ce qui  précède, l’opposition gabonaise ne fait pas   avancer la démocratie dans le pays. Chaque président de partis politiques   se préoccupe et  veille sur  ses petits intérêts et   avantages.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top