Gabon/ trafic du bois : Jean Ping et Estelle Ondo trempés jusqu’à l’os.

L’opposant et rival d’Ali Bongo, Jean Ping  et l’ancienne ministre des Eaux  et Forêts, Estelle Ondo ont été cités comme bénéficiaires de pots-de-vin de l’exploitant forestier Dejia. Ces derniers auraient permis à cette entreprise d’exploiter  de façon illicite des essences gabonaises.
 
C’est en tous cas ce qui ressort  du  rapport d’enquête menée par l’Environmental Investigation Agency (EIA) et intitulé « La criminalité forestière au Gabon et en République du Congo qui contamine le marché des États-Unis ».  En effet, L’exploitation forestière illégale et le commerce illicite associé  demeurent une menace grave pour les forêts du monde avec des impacts sévères sur le climat, la biodiversité, les économies fragiles. En échange du soutien politique et des nombreuses relations partagées  par Jean Ping tant en Chine qu’en Afrique, M.  Xu aurait été le principal financeur de la campagne présidentielle  de Jean Ping.

« Le travail d’enquête approfondi mené par EIA  sur le commerce de bois  entre l’Afrique  et les Etats Unis  à comme toile de fond la mutation rapide du secteur de l’exploitation forestière  dans le bassin du Congo. En quelques années seulement la chine est devenue le plus grand débouché pour les bois de la région, soit 46%  de la valeur des exportations  (en 2016). Cette évolution remodèle un secteur historiquement dominé par les sociétés européennes depuis la colonisation du continent africain au 19 siècle », soulignent les enquêtes.


Lesdites enquêtes révèlent également  que,  pour acheter le silence du ministre Estelle Ondo, la société SSMO, déboursait entre 31 000 et 47 000 dollars par mois mais aussi du carburant pour les agents affectés à leurs contrôles. C’est ce que révèlent les employés de cette société que les enquêteurs de l’EIA ont surpris en flagrant délit de coupe illicite et sauvage dans la forêt.

Ce trafic fait perdre au Gabon et au Congo entre 3 et 7 millions de dollars de revenus fiscaux.  Ce bois coupé illégalement dans le bassin du Congo finit aux États-Unis où il est transformé, après avoir transité par Hong-Kong. Des enquêtes qui permettent de voir le véritable visage de l’opposant  Jean Ping et de l’ancienne ministre Estelle Ondo. 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Commentaire
scroll to top