Gabon/ Union Européenne : Rosario Bento Pais chez Ossouka Raponda.

L’ambassadeur de l’Union européenne au Gabon, Rosario Bento Pais a été reçu le 15 novembre dernier, à la primature par le premier ministre, rose Christiane Ossouka Raponda. Trois sujets ont accaparé les échanges. Au centre des échanges, les questions climatiques, l’appui budgétaire  et le suivi du dialogue politique dans le  pays.

Premier sujet : l’impact de l’accord conclu à la COP 26 de  dont le Gabon, représenté par son chef de l’Etat, a été l’un des grands artisans. Enfin, le suivi du dialogue politique a été abordé « dans le respect de la souveraineté de chacun », a insisté le premier ministre. Une allusion sans doute à la propension de l’UE de confondre « promotion des valeurs » et ingérence dans les affaires internes.

« Le Gabon est très important pour l’Union européenne bilatéralement, régionalement et internationalement », a déclaré Mme Rosario Bento Pais. C’est pourquoi nos relations sont appelées à se renforcer à l’avenir.
Depuis bientôt deux ans, passée la période de brouille post-électorale, les relations entre le Gabon et l’Union européenne se sont singulièrement réchauffées. « La relation entre le Gabon est l’Union européenne a évolué dans un sens très positif », a déclaré Rosario Bento Pais au sortir de son entretien avec le premier ministre.
 
Avant de préciser que les  relations que le Gabon entretient   avec l’Union européenne sont excellentes. Cette rencontre est donc une occasion pour la représentante de l’Union Européenne, d’évoquer la question de l’appui budgétaire et la nécessité de mettre en place au niveau interministériel un dispositif permettant son utilisation optimale. « Le Gabon est très important pour l’Union européenne bilatéralement, régionalement et internationalement. On vient de le voir lors de la COP 26 de Glasgow lors de laquelle le Gabon a joué un rôle majeur », a ajouté l’ambassadeur de l’UE qui juge « exemplaire » par ailleurs l’action du Gabon en matière d’égalité femme-homme.
 
Enfin, le suivi du dialogue politique a été abordé « dans le respect de la souveraineté de chacun », a insisté le premier ministre. Une allusion sans doute à la propension de l’UE de confondre « promotion des valeurs » et ingérence dans les affaires internes. Une rencontre importante qui vient rassurer les autorités  gabonaises sur les excellentes relations qui existent entre le Gabon  et  cet organisme. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Commentaire
scroll to top