Guerre ouverte entre Louis Gaston Mayila et Paulette Missambo

L’opposition gabonaise n’en finit plus de faire parler d’elle. Entre guerre intestine, de leadership, de positionnement et coups bas, plus rien ne va dans ce camp politique et ce, à 7 mois de l’élection présidentielle. La preuve en est que le président de l’UPNR et du collectif PG41, Louis Gaston Mayila vient clairement de rentrer dans une guerre ouverte avec la présidente de l’Union Nationale et de la plateforme l’Alternance 2023, Paulette Missambo.

En effet, l’opposition gabonais n’en finit plus de se déchirer en son sein. Bien loin de l’alternance et de l’union tant souhaité par certains pour l’échéance électorale qui se profile à l’horizon. Celle-ci n’a de cesse d’offrir un bien triste spectacle non seulement à la population mais aussi à l’internationale. Et depuis l’annonce du renouvellement du bureau du Centre gabonais des élections (CGE), chacun semble vouloir tirer la couverture de son côté.

Loin de la concertation exigée par le ministre de l’Intérieur Lambert Noël Matha pour la constitution de la liste des 9 membres du collège et les 3 membres du bureau du conseil gabonais des élections, chacun aurait décidé de jouer sa carte. Selon certaines informations, le collectif PG41 qui dit avoir approché Bonaventure Nzigou Manfoumbi et Richard Moulomba Mombo pour ladite constitution et qui n’aurait pas eu de retour de leur part, aurait finalement envoyé leur liste a eu au ministère de l’Intérieur.

Un coup bas selon certains observateurs de la vie politique mais que le patron dudit collectif justifie en avançant que le fait que la présidente de l’Union Nationale ait créé la plateforme Alternance 2023 alors qu’elle n’a pas officiellement quitté le PG41 dont elle est toujours membre, n’avait qu’un seul objectif. « Celui de le court-circuiter et de lui faire de l’ombre afin de jouer les premiers rôles dans l’opposition en 2023 ».

Autant dire que l’alternance au sein de l’opposition pour l’échéance électorale avenir n’est pas prête à se concrétiser au Gabon. Surtout si chacun n’a qu’un seul objectif, celui de prêcher pour sa paroisse au détriment de l’objectif commun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Commentaire
scroll to top