Hausse du prix du pétrole : une bonne nouvelle pour les pays producteurs

Les pays producteur de pétrole pourraient se frotter les mains   dans quelques mois, avec la nouvelle hausse des prix du pétrole.  Ces dernières semaines, les prix du baril de pétrole affichent une tendance haussière à 80 dollars. Pour les pays producteurs d’or noir, à l’instar du Gabon, c’est une bonne nouvelle qui viendra impacter positivement les finances publiques.
 
En effet, si pour les pays producteurs de pétrole cette  nouvelle est excellente  pour relancer leur économie,  cette remontée fragilise la demande de cette matière première. Ce qui pourrait constituer un frein à  la  relance effective  de ce secteur.  L’une des raisons de cette situation inversée après des années de baisse est la reprise de la demande mondiale en raison des pénuries aux Etats-Unis, la stabilisation de la politique de quotas de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l’approche de l’hiver et de la pénurie de gaz en Europe.
 
En effet, premier producteur et consommateur de pétrole au monde, les Etats-Unis ont été frappés fin août dernier par le passage de l’ouragan Ida. Ce qui a perturbé la production et impacté la demande. Les capacités de production souffrent encore du passage de cet ouragan.
 
Au sein de l’Opep (dont le Gabon est membre) et de ses partenaires, dont la Russie (Opep +), la production est, elle aussi, moins importante que prévu. Selon l’Agence internationale de l’énergie, les pays du groupe ont extrait en août 860.000 barils de moins que ne le prévoyait l’accord, principalement en raison de perturbations en Angola, au Nigeria et au Kazakhstan. Dans le pays d’Asie centrale, la situation semble toutefois s’améliorer, avec une production revenue à 1,75 million de barils par jour.

Dans cet environnement, les stocks de brut ont tendance à baisser à un rythme effréné. Au point que Goldman Sachs juge improbable que l’Opep + parvienne à rééquilibrer le marché dans les mois qui viennent. Ainsi, si la hausse du prix de cette matière première peut réjouir les pays producteur de pétrole, il n’en demeure pas moins que les prix demeurent  volatils et la demande  fragile.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Commentaire
scroll to top