Immigration clandestine et pêche illégale : la lutte s’intensifie

Dans l’optique de mieux lutter contre l’immigration clandestine et la pêche illégale dans les aires protégées au Gabon, l’Agence Nationale des Parcs Nationaux (ANPN) et la Direction Générale de la Documentation et de l’Immigration (DGDI) ont simultanément lancé la semaine écoulée l’« Opération Espadon ».

C’est le 18 et 19 mai courant que les deux entités ont officiellement procédé à cette mission qui a entre autres pour objectif de protéger les écosystèmes aquatiques du pays et qui au demeurant a été un franc succès. Selon les autorités compétentes, il est désormais plus que nécessaire de maintenir les stocks de ressources halieutiques, et surtout de veiller à la pratique d’une pêche responsable.

Mis en place en Juin 2017 aux fins de protéger les écosystèmes aquatiques. Les sites des Aires Protégées Aquatiques qui ont été placés sous statut de protection et gestion par le Ministère en charge des Aires Protégées demeurent les lieux de reproduction des différentes espèces de poissons. « Il demeure donc capital que ces véritables nurseries naturelles soient surveillées afin de permettre à la ressource de pouvoir se maintenir, ce qui garantira dans le même temps la pérennité des activités de pêche », a fait savoir une autorité.

Conscient de l’enjeu, les agents chargés de cette opération n’ont pas hésité une seule seconde à mettre hors d’état de nuire plus d’une trentaine de personnes pris en flagrant délit de pêche illégale dans des zones protégés. Selon les autorités, il s’agit de 4 gabonais et 29 ressortissants d’origines béninoise, sénégalaise et ghanéenne. Sur les 29 ressortissants étrangers 14 seraient en situation irrégulière en termes d’immigration.

Cette opération a permis de procéder à la saisie de deux (2) tonnes de poissons. Après une collecte de données effectuée sur cette importante quantité de poissons ceux-ci ont par la suite été partagée aux populations. Un geste salué par le Chef des villages de la zone d’Iguela qui a souligné qu’il était devenu difficile pour la population d’obtenir du poisson quand les pêcheurs illégaux pratiquaient une pêche dévastatrice.

Rappelons que les parquets du Tribunal de 1ère Instance de Port-Gentil, mais également de Libreville au travers de celui du Tribunal Spécial de Libreville ont été saisis. A cet effet, les différents procureurs se rendront sur place afin de constater les opérations conduites par les officiers de police judiciaire, mais surtout, donner les instructions sur la poursuite des procédures notamment judiciaires à engager dans ces cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top