la chaîne France 24 vient de perdre son accréditation en Algérie

Algerian women chant slogans during an anti-government protest in the capital Algiers on March 8, 2021. - Thousands of people demonstrated in Algiers and other cities across the country, confirming the remobilisation of the Hirak protest movement again in the streets since the second anniversary of the uprising on February 22. (Photo by RYAD KRAMDI / AFP)

Pour n’avoir pas respecté les règles de déontologie professionnelle et taxé régulièrement de partis  pris.  La chaîne publique France 24 vient de perdre son accréditation en Algérie.
 
En effet, l’accréditation de France 24 a été retirée en Algérie. La chaîne de télévision a été   taxée à l’occasion d’élections législatives de partis  pris, par les autorités algériennes. Selon le ministère de la Communication, après avoir mis en garde la chaîne d’informations en mars pour sa couverture du Hirak, un mouvement qui conteste dans la rue le pouvoir. 

Elle aurait à nouveau violé  les règles de déontologie  professionnelle à travers,   « le non-respect des règles de la déontologie professionnelle, la désinformation et la manipulation ainsi qu’une agressivité avérée à l’égard de l’Algérie »,  a dit le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement Ammar Belhimer. La chaîne de télévision française serait devenue coutumière de ce genre de faits en Afrique  notamment en période d’élection.  Lors de l’élection présidentielle  2016 au Gabon,  cette chaîne avait violé le principe de neutralité, en prenant parti pour l’opposition.

Pour certains spécialistes,   la diversité des opinions n’y est plus représentée, ces derniers se comportent comme des militants. Et cela se fait ressentir  dans les choix éditoriaux.  « Aujourd’hui, les médias français, notamment dans leur couverture de l’Afrique, ne sont plus là pour dire le vrai, en restant factuels, mais pour dire le beau, c’est-à-dire donner leur opinion, empreinte de bons sentiments, avec souvent la volonté de faire la morale », a souligné un expert. Des comportements à proscrire  pour amener  ces médias  à respecter les points de vue des autorités et faire preuve de professionnalisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top