Lutte contre le trafic d’or au Gabon: Elvis Ossindji a recours à l’expertise de L’ONUDC

Le ministre gabonais des Mines, Elvis Ossindji a récemment sollicité l’expertise de l’Office des Nations unies contre les drogues et le crime (ONUDC), dans le but de mettre en place au Gabon des outils innovants devant permettre au pays de faire face aux exploitations d’Or illicites.

Selon le membre du gouvernement, le recours à l’expertise de L’ONUDC intervient dans un contexte où le Gabon a du mal à contrôler la filière aurifère. En effet, au mois de janvier 2022, l’ONG pour la protection de l’environnement Brainforest a publié un rapport sur l’exploitation minière à petite échelle dans la zone de Ndangui dans l’Ogooué-Lolo. Ledit rapport révèle que cette zone d’exploitation souffre d’un manque de transparence et les chiffres déclarés par les orpailleurs et même par la société Ivanhoé Gabon SA peuvent être sous-estimés.

L’ONG relève qu’il y a une exploitation illégale de l’or à Ndangui. À titre d’illustration, le rapport indique que la collecte de la commercialisation de l’or dont le volet de l’exploitation artisanale a été exclusivement confié au Comptoir gabonais de collecte de l’or (CGCO), filiale de la Société équatoriale des mines (Société d’État).

Toutefois, alors qu’en 2014, cette entité annonçait l’ouverture d’un comptoir d’achat d’or à Lastourville pour la collecte du minerai extrait à Ndangui, en 2021, ce dernier n’est toujours pas effectif. L’objectif du ministre des mines est désormais de relancer en bonne et due forme l’orpaillage. Quoi de mieux pour cela que la formation du personnel gabonais chargé du secteur de l’or, la fourniture d’équipements pour traquer les trafiquants, la réforme des dispositions juridiques adaptées au phénomène et la promotion des bonnes pratiques, d’où son recours à l’ONUDC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Commentaire
scroll to top