Nouveau code du travail : les réformes sont entrées en vigueur ce jeudi 25 novembre.

Après  plusieurs discussions  entre les responsables du ministère de l’emploi, de la fonction publique  du travail et de la formation professionnelle et les syndicats du patronat, le nouveau code du travail est entré en vigueur  ce jeudi 25 novembre.
 
En effet, la publication au Journal officiel (JO),  rend désormais le nouveau Code du travail légal.  Ce dernier ouvre  de nouvelles catégories de travailleurs qui en étaient exclus jusque-là  par le marché de l’emploi formel.
L’on y retrouve des  innovations  dans la création  des nouveaux emplois qui ces dernières années n’étaient pas pris en compte  dans l’ancien code du travail.  C’est donc des nouveaux  types de contrats  qui devraient permettre d’identifier et comprendre les contrats de travail. In fine  éviter des incompréhensions entre employeurs et employés.

La réforme du Code du Travail introduit davantage de souplesse, en codifiant plusieurs formes contractuelles d’embauches qui n’avaient pas encore de statut, et qui sont plus adaptées au nouveau marché de l’emploi, telles que :
• le contrat saisonnier (art. 25) ;
• le contrat d’intérim et le contrat de mission (art. 26 à 36) ;
• le contrat à temps partiel (art. 37) ;
• le contrat intermittent (art. 38 à 41).
Ainsi, cette publication au journal officiel, réaffirme  l’entrée  en vigueur du  nouveau code du travail. Ce dernier peut permettre de régler  les différents litiges entre  administrations et entre les employés et leurs employeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top