Présidentielle 2023 : Franck Ping fourbit ses armes au Congo-Brazzaville et en Côte d’Ivoire

Absent du Gabon ces dernières années, le fils  de Jean Ping, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle de 2016,  multiplie les contacts, en prélude à l’élection présidentielle de 2023,  au Congo et en Côte- d’ivoire. C’est ce que révèle La Lettre du Continent dans un article publié le mercredi 27 octobre  dernier.

La famille Ping serait en train de préparer   son élection présidentielle de 2023. Le fils Jean Ping à travers  son entreprise A -One, sollicite des partenariats dans certains pays africains.

Selon La lettre du continent. « Le 22 octobre au matin, le premier ministre congolais Anatole Collinet Makosso recevait dans les salons de l’hôtel de la primature une délégation du bureau d’études A-One Technologies, venue proposer au Congo ses services d’intégration de documents sécurisés (passeports, carte d’identité, etc.) avec l’aide de plusieurs entreprises occidentales du secteur, dont A-One est l’agent. L’équipe était emmenée par Franck Ping, fils aîné de Jean Ping, » a souligné  la  Lettre du Continent.

La femme de Franck  Ping,  serait selon la lettre  du continent  la sœur de la première femme du fils aîné du président congolais, Denis Christel Sassou Nguesso,  actuel ministre de la coopération internationale dans le gouvernement Makosso.  

De mère ivoirienne, ce dernier  serait également en contact avec  des dirigeants ivoiriens,  avec l’entreprise d’A-One pacifique Investment. Le  23 septembre dernier, Franck Ping accompagnait Nicolas Sureau, le directeur du développement des projets internationaux d’Eiffage. A-One pacifique Investment  opère dans l’accompagnement  des opérateurs étrangers.

En côte d’ivoire, « Ils se sont rendus auprès du BNETD (Bureau national d’études techniques et de développement) ivoirien, la puissante structure qui chapeaute presque tous les projets d’infrastructure et d’ingénierie en Côte d’Ivoire, ainsi qu’à la primature, où le responsable d’Eiffage a rencontré Karim Traoré, le conseiller infrastructure de Patrick Achi », informe La Lettre du Continent.

Des contacts qui laissent penser que le père Ping  compterait sur son fils pour relancer ses activités présidentielles et financer  sa campagne. Toutefois,  la lettre du continent fait constater, qu’en 2014 la police française avait révélé que   Franck Ping avait perçu des commissions sur plusieurs  contrats de Sinohydro au Gabon. C’est donc des contacts et entretiens avec des hommes d’affaires qui devraient sans doute permettre à Franck Ping  de mieux préparer  l’échéance électorale de 2023.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top