Présidentielle 2023 : vers un affrontement entre Ping et Barro Chambrier.

Jean Ping et Barro Chambrier, ne s’accorderaient plus les violons. Leader de l’opposition lors de la dernière élection présidentielle de 2016, le fils d’Omboué ne souhaite pas laisser le rejeton du docteur Chambrier lui ravir la vedette en 2023.

En effet, le patron de la Coalition pour la Nouvelle République (CNR), se considère toujours comme le leader de l’opposition. C’est pourquoi, la récente tournée pré-électorale à l’intérieur du pays, organisée par le président du Rassemblement pour la Patrie et la Modernité (RPM), Alexandre Barro Chambrier, a laissé un goût amer dans la bouche de Jean Ping et ses alliés.

La tournée organisée par le leader du RPM est vu d’un mauvais œil du côté de la piscine des Charbonnages. Ce déplacement semble avoir démontré à la classe politique de l’opposition, qui incarne désormais la nouvelle opposition. Surtout que, comme l’avait affirmé le leader du RPM, « Jean Ping est trop âgé pour se représenter en 2023 ». Le leader de la CNR aura 81 ans en 2023 alors que Barro Chambrier devrait avoir 65 ans la même année.

Pour les alliés de Barro Chambrier, les dernières stratégies de Jean Ping se sont arrêtées en 2016. « Pour Jean Ping, le temps semble s’être arrêté en 2016. Il est incapable de concevoir l’après. Le fait de ne pas vouloir participer aux législatives de 2018, par exemple, a été une grande erreur. Comme le fait de ressasser en permanence qu’il faut rétablir la vérité des urnes et d’en faire l’alpha et l’oméga de tout projet politique. A deux ans de la prochaine présidentielle, cela fait longtemps que les Gabonais, qui attendent autre chose de l’opposition que cette attitude nombriliste, ont tourné la page de la précédente », affirment  les soutiens de Barro Chambrier.

Un avis très contesté par les membres de la Coalition pour la Nouvelle République (CNR) qui pensent que le leader du RPM, ne peut pas incarner le leadership de l’opposition. En cause, le manque de légitimité dans son siège et  les derniers évènements qui se sont déroulés dans le Haut-Ogooué. Pour les soutiens de Jean Ping, ces événements ont démontré que Barro Chambrier n’est pas un leader national « Comment quelqu’un qui n’a pas été capable de se faire élire député dans le 4ème arrondissement de Libreville, alors même que son père lui a offert ce siège sur un plateau, peut-il espérer devenir président de la République du Gabon ? », s’interrogent les membres de la CNR.

Ce qui explique sans doute l’absence de soutiens de Jean Ping après ces événements malheureux du Haut Ogooué à l’endroit de son frère de l’opposition. En revanche, le leader de la CNR n’a pas manqué de marquer sa solidarité vis-à-vis de Jean Pierre Lemboumba dont la maison est partie en fumée le 23 août dernier à Okondja dans des circonstances qui restent  à élucider. Le vieux leader de l’opposition malgré la montée en puissance de certains  dans le milieu de l’opposition  comme Barro Chambrier, espère toujours jouer les premiers rôles en 2023.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top