Réformes au Gabon : Ali Bongo Ondimba souhaite intensifier les réformes d’ici à 2023.

Devant les parlementaires le vendredi 25 juin dernier, Ali Bongo Ondimba a réaffirmé sa volonté d’intensifier les reformes  d’ici à 2023, date prévue pour la prochaine élection présidentielle. Une vision qu’il a voulu partager avec les deux chambres du parlement.

En effet, malgré la crise sanitaire qui sévit dans le monde,  le  chef de l’Etat, Ali Bongo reste déterminé et souhaite toujours œuvrer pour le bien-être des gabonais. Ce qui passe nécessairement  par l’intensification des réformes engagées depuis quelques années.

Pour le Chef de l’Etat,  « Toutes les mesures que nous avons prises, toutes les actions que nous avons menées, participent à cette ferme et unique volonté de promouvoir le bien-être collectif et de favoriser l’émergence d’une société gabonaise plus humaniste, plus solidaire. Il s’agit pour nous, aujourd’hui, d’intensifier et d’accélérer les mécanismes déjà amorcés, notamment grâce au Plan d’accélération de la Transformation qui a été présenté en début d’année. Il est primordial de diversifier notre économie, de créer davantage de valeur ajoutée localement, de réduire les importations et notre dépendance de l’extraction des matières premières », avait déclaré Ali Bongo, le chef de l’Etat gabonais lors de son passage devant les parlementaires.

Avant de préciser que, « Nous devons également revoir notre système de formation pour mieux l’adapter aux exigences actuelles et favoriser une meilleure répartition des richesses tout en alliant le respect de l’environnement et le développement socio-économique. Un autre défi est de renforcer, et d’améliorer, notre dispositif de santé sur l’ensemble de notre territoire, et de pérenniser la solidarité entre les générations. Envers nos aînés, avec la consolidation du système de retraite. Envers les jeunes, avec les bourses étudiantes. Envers les personnes malades et les plus vulnérables, avec l’assurance-maladie », dit-il.

Une intensification des réformes d’ici à 2023, qui devrait conduire à la paix sociale et  à l’émergence d’une société gabonaise plus humaniste et  plus solidaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Commentaire
scroll to top