Régulation du climat : le rôle du Gabon reconnu à l’UICN

Le patron du Fonds pour l’environnement mondial, Carlos Manuel Rodriguez a reconnu  lors  du Congrès mondial de la nature de l’Union internationale de conservation de la nature (UICN), organisé en  France, le rôle joué par le Gabon dans la régulation du climat.
 
« Sans le Gabon, il n’y aura pas de pluie dans certaines partie d’Afrique… ». A Marseille en France, à l’occasion du Congrès mondial de la nature de l’Union internationale de conservation de la nature (UICN), l’ancien ministre de l’Environnement du Costa Rica, président de cette institution, reconnaît le rôle joué par le Gabon dans la régulation du climat. 
 
« Il faut (…) récompenser les pays qui ont maintenu leur couverture forestière » comme le Gabon. Pour Carlos Manuel Rodriguez, patron du Fonds pour l’environnement mondial, organisme de financement multilatéral, le Gabon est un modèle de résilience climatique qui doit faire école. 
 
Et pour cause, premier pays à être récompensé fin juin dernier par la Norvège pour ses efforts contre la déforestation de sa forêt, le Gabon recevra graduellement 17 millions de dollars américains via l’Initiative pour la forêt d’Afrique centrale (CAFI), organisme lancé en 2015 par l’ONU et des pays tiers.
 
C’est la première fois qu’un pays est récompensé pour ses efforts de conservation de sa forêt. « Ce partenariat avec le Gabon est une manière d’apprendre », et « une formidable occasion de parler du prix du carbone », estime cependant l’ancien ministre de l’environnement du Costa Rica. 
 
Une reconnaissance qui devrait amener les pays pollueurs  et les organismes internationaux à mieux huiler leur stratégie de  lutte contre les changements climatiques. Cette réunion a également permis de  démontrer  que les pays  de la sous-région d’Afrique centrale méritent une attention particulière en ce qui concerne le plan  d’adaptation  climat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top