Relance de la mine de fer de Belinga : une nouvelle opportunité d’affaires pour le Gabon

L’économie gabonaise pourrait connaitre un nouveau rebondissement.  En marge de la COP26, des discussions pour le lancement effectif des activités d’exploration de la mine de Belinga ont eu lieu à l’hôtel Trump Tumberry entre le milliardaire australien Andrew Forrest et les autorités gabonaises. Le 24 novembre dernier, un accord visant un programme d’études de 12 à 18 mois sur les crêtes ferrifères du mont Belinga dans la province de l’Ogooué-Ivindo a été signé entre  les deux parties.
 
En effet, ce gisement dont le potentiel est évalué à environ 70 à 110 millions de tonnes annuelles a connu une première tentative d’exploitation  à l’époque  de feu président Léon MBA. Selon les experts, il a un potentiel énorme. Avec Omar Bongo le projet a été résilié avec l’entreprise retenue  pour cause d’irrégularités  contractuelles. Et, lors de la cop26 de cette année, les autorités gabonaises ont relancé les négociations.   

Actuellement, le gisement de Belinga est estimé à près d’un milliard de tonnes de fer. Selon les experts, ses réserves de fer s’étendent du Cameroun au Congo.  Sa mise en exploitation pourrait  venir rivaliser  avec la mine de Simandou en Guinée, considérée comme de classe mondiale. Paraphés par  les ministres de l’économie, des mines et de l’environnement ce nouveau contrat devrait permettre au pays, en ces temps de crise sanitaire de relancer  de manière effective son économie.

Une perspective soutenu par l’ancien Coordinateur général des affaires présidentielles, Noureddin Bongo Valentin pour qui ce nouveau partenariat pourrait renforcer la diversification de l’économie du pays permettant ainsi de générer des milliers d’emplois mais aussi et surtout, de donner à l’Ogooué Ivindo toute la place qui est la sienne au sein du pays.

« Nous espérons remettre sur les rails ces projets qui feraient que le secteur minier contribue davantage à l’économie et au budget du pays », a fait savoir le ministre des Mines, Vincent de Paul Massassa et ce, malgré la baisse prévue des cours du fer,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top