Réouverture des sites aux orpailleurs: le ministre Vincent de Paul Massassa face aux députés

Le ministre en charge du Pétrole, du Gaz et des Mines Vincent de Paul Massassa, a répondu le 16 février 2022, aux interrogations et suggestions des députés s’agissant de la réouverture des sites aux orpailleurs.

Dans sa réponse à la questions du député du 2ème siège département de l’Ivindo, du district de M’vadhy, Germain Biahodjow, au sujet la question de la réouverture des sites aux orpailleurs, le ministre du Pétrole, du Gaz et des Mines Vincent de Paul Massassa, a d’abord rappelé que selon les dispositions de la loi minière en vigueur, l’activité de l’exploitation de l’or de manière artisanale est exclusivement réservée aux personnes de nationalité gabonaise, titulaire d’une autorisation d’exploitation artisanale dénommée Carte d’Export. Dans le langage commun, ces derniers sont appelés « orpailleurs ».

Il nous souviendra néanmoins que depuis le 17 septembre 2018 dernier, le gouvernement avait décidé de suspendre temporairement les activités de ce secteur sur l’ensemble du territoire suite à l’exploitation sauvage et illicite d’or dans plusieurs localités. Selon Vincent de Paul Massassa, cette suspension pourrait être levée une fois, les dispositions prévues en la matière mises en place. A savoir la création de comptoirs dans les différentes localités seuls habilités pour l’achat de cette ressource auprès des orpailleurs au prix homologués et sous la direction de la Société Équatoriale des Mines (SEM).

Tout en soulignant la détermination du gouvernement, à trouver les solutions adéquates pour soulager les populations  vivant de cette économie, le membre du gouvernement a fait savoir que les échanges qui ont lieu dans le groupe de travail interministériel comprenant notamment les administrations en charge de la Défense Nationale, de l’Intérieur, de l’Environnement et du Commerce se poursuivent toujours.

Pour rappel, la volonté d’une reprise des activités est partagée par les différentes parties prenantes dans l’exploitation de cette ressource dite « stratégique ». Afin d’y arriver, un dossier comprenant les solutions trouvées sera transmis prochainement aux plus hautes autorités, a conclut le ministre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top