Retrait des troupes gabonaises de la Minusca : l’ONU n’aurait pas consulté les autorités centrafricaines.

En  visite de travail  au Gabon, Faustin Archange Touadera, lors de son audience  et ses échanges avec les journalistes gabonais est revenu sur le retrait des troupes gabonaises  en RCA et  les allégations d’abus sexuels qui pèsent sur ces derniers. Un retrait qui se serait déroulé sans le consentement des autorités centrafricaines.

C’est en tout cas, ce qui ressort de l’audience que le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba a accordé au président centrafricain,  Faustin Archange Touadera. La situation est devenue très préoccupante au sommet de l’Etat centrafricain. Les  autorités des Nations Unies n’auraient pas  notifié le pays hôte et celui dont les agents étaient  incriminés.

« Le Gabon fait partie des pays contributeurs de troupes pour la mission de l’ONU en RCA. Cela fait déjà 25 ans que le contingent gabonais aide la Centrafrique à retrouver la Paix et la Sécurité. Pour ce travail, nous voulons d’ailleurs remercier les efforts qui ont été fournis par le gouvernement et les gabonais pour le peuple centrafricain », a souligné le président Faustin Archange Touadera.

En effet, l’homologue d’Ali Bongo Ondimba n’a pas caché son malaise face à une situation prise dans la précipitation par les Nations Unies. Un peu comme la décision brusque de la France de se retirer du Mali et qui a été vertement dénoncée par le premier ministre malien Choguel Maïga à la Tribune de l’assemblée générale de l’ONU en septembre dernier.

Néanmoins conscient des zones d’ombres qui existent dans cette affaire, le président de la RCA a indiqué que,  « Au moment venu, quand la vérité va éclater, on envisagera donc, pourquoi pas, une révision de la position concernant les troupes gabonaises. »

Des déclarations qui démontrent que l’ONU n’aurait pas reçu le consentement des autorités de la RCA. Après  25 ans en RCA pour assurer le maintien de la paix et de la sécurité, le problème des soldats gabonais dans ce pays, n’a pas  encore livré toutes les vérités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top