Santé : des chercheurs gabonais à la recherche des virus encore inconnus mais présents chez les animaux.

Researchers with Franceville interdisciplinary Medical Research Centre (CIRMF, Centre Interdisciplinaire Medical de Recherches de Franceville) collect samples from a bat on November 25, 2020 inside a cave in the Zadie region in Gabon. - Working in remote recesses in the hearth of the Gabonese forest, scientists scour caves populated by bats, animals suspected of being at the origin of many epidemics transmitted to humans in recent years: the SARS in 2003, MERS in 2012, Ebola and now SARS-CoV-2 or novel coronavirus Covid-19. (Photo by STEEVE JORDAN / AFP)

C’est un reportage de France 2, la télévision française, qui vient de diffuser ce reportage.  Des scientifiques Gabonais à  la recherche de nouveaux virus se sont retrouvés  en pleine forêt équatoriale pour rechercher les virus inconnus chez l’homme mais présents chez les animaux.
 
En effet, des chercheurs gabonais contribuent de façon décisive  à la recherche scientifique dans la lutte contre les virus mondialement  reconnus. Ce lundi 5 juillet, dans son journal de 20 heures, la chaîne de télévision France 2 y a consacré tout un reportage.  

Dans des 4X4, qui filent à l’extrême nord-est du Gabon, se trouve une équipe de chasseurs de virus. Le professeur Gaël Maganga, virologue et chercheur au Centre interdisciplinaire de recherches médicales de Franceville, dirige l’expédition. Tous devront ensuite quitter les voitures et continuer à pied pendant une heure, pour arriver dans une zone précise, où leur travail peut commencer. « On est en pleine forêt tropicale humide (…). Dans cette zone, il y a une particularité, c’est qu’on a une biodiversité animale importante. Et qui dit biodiversité animale importante, dit très probablement biodiversité microbienne également importante« , explique le professeur Gaël Maganga.

Les humains étant de plus en plus en contact avec les animaux, dont de nouvelles infections.  Il est important de découvrir de nouvelles maladies encore inconnues, et qui pourraient être transmissibles à l’homme. « Ça peut arriver qu’on tombe sur des virus qui sont potentiellement mortels pour l’homme. C’est vraiment l’inconnu » , affirme un membre de l’équipe de scientifiques.

Il faut donc se protéger avec des combinaisons complètes, comme dans les unités Covid des grands hôpitaux, car il suffit d’un contact pour être infecté.  Les chercheurs se rendent ensuite dans une grotte, où vivent des centaines de chauve-souris. Pour les capturer afin d’effectuer des prélèvements de salive, l’équipe tend un simple filet à l’entrée. Et s’ils ont choisi d’étudier les chauves-souris, c’est parce que ce petit mammifère est suspecté d’être à l’origine de la plupart des épidémies de ces dernières années : le SRAS, Ebola et même la Covid-19.

C’est donc des recherches effectuées par les scientifiques gabonais, pour se prévenir de nouveaux virus et   de nouvelles maladies encore inconnues de la science  et qui pourraient être transmissibles à l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top