Séminaire gouvernemental : le Gabon veut changer son modèle économique.

Afin d’apporter des grands changements à l’économie gabonaise, le président de la république,  Ali Bongo Ondimba, et son premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda,  ont organisé  ce lundi 18 janvier à Libreville,  un séminaire gouvernemental.   Au centre des débats, étudier les mécanismes  en vue de la  transformation  radicale de  l’économie du pays.

 « Il faut accélérer la transformation de notre économie pour la rendre plus résiliente aux chocs extérieurs et génératrice d’une croissance plus endogène (moins dépendante de la fluctuation des cours internationaux des matières premières), plus inclusive (davantage créatrice d’emplois afin de mieux partager les richesses) et plus durable (respectueuse de l’environnement et mieux apte à saisir les opportunités offertes par la révolution verte en cours) », a  affirmé le président Ali Bongo Ondimba à  l’ouverture du séminaire gouvernemental.

Ce séminaire piloté par le chef du gouvernement,  Rose Christiane Ossouka Raponda, vise la mise en place des modalités d’accélération  de la transition de l’économie vers l’après pétrole. Mais également, voir comment,   faire passer le poids du secteur pétrolier dans le PIB, à production constante, en deçà de 20 % contre 33 % actuellement ; hisser la part de la consommation alimentaire du pays produite localement au-delà des 50 % ; faire tomber en deçà de 25 %, contre 35 % actuellement, la part de la population vivant sous le seuil de pauvreté. Des objectifs et des ambitions que le gouvernement souhaite atteindre.  

Selon le chef du gouvernement, ce séminaire   gouvernemental  devrait amener les ministres à faire preuve de pragmatisme.     « Il s’agit de faire de la pratique, et non de la théorie »,  a dit un ministre, avant de préciser que  « L’important, ce seront les actions, les résultats ».

 C’est donc un séminaire gouvernemental qui devrait permettre au Gabon de mieux affronter les nouveaux défis liés à la crise sanitaire. Mais également, voir dans quelle mesure relancer l’économie du pays. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Commentaire
scroll to top