Situation des retraités: le gouvernement ouvre le dialogue et calme les tensions

Réunis le 17 janvier, dans les locaux de la Caisse des Pensions et des Prestations Familiales des Agents de l’Etat (CPPF), les ministres de la Défense nationale, du Budget et de la Fonction publique, les DG de l’agence judiciaire de l’Etat, de la fonction publique, de la solde, les conseillers de ministres et les partenaires sociaux, notamment la plate forme syndicale la Machette syndicale des travailleurs gabonais vaillants (MSTGV) et l’association nationale des retraités du Gabon (ANAREG) ont débattu des questions relatives à la situation des civils et militaires retraités.

C’est l’association nationale des retraités du Gabon (ANAREG) qui regroupe des retraités du secteur public, parapublic et du privé, représentée par son président, Bernadette Owono Mba, son vice-président du secteur Public, Joseph Mbou Ossamy et Mathurin Mengue Bibang, le responsable communication de l’ANAREG, qui a échangé avec les membres du gouvernement, non sans manquer de préciser qu’ils ne se reconnaissent pas dans les revendications de la MSTGV.

A cet effet, lors de cette rencontre Joseph Mbou Ossamy a souhaité que les problèmes des retraités soient portés par l’association qu’il représente et non par des partenaires sociaux extérieurs. Pour sa part,  Pierre Mintsa, président de la MSTGV, a regretté que la question des retraités ait fait l’objet de récupération et de manipulation par d’anciens membres du gouvernement.

L’objectif étant d’apaiser les tensions l’ANAREG n’a pas manqué d’interpeller le ministre de la Défense sur le mécontentement exprimé depuis quelques temps par les militaires retraités et ceux en voie de l’être. Il faut noter que les revendications liées à l’étude actuarielle portent sur 3 points essentiellement, l’autonomisation de la caisse des pensions et des Prestations Familiales des Agents de l’Etat, l’arrimage au nouveau système de rémunération et la revalorisation des pensions. D’ailleurs, suite à un appel d’offres, une étude actuarielle a été lancée par le cabinet Finactu en octobre 2021. Cette approche visait à faire un diagnostic et à proposer des solutions durables sur ces problématiques. Le rapport de l’étude a été remis au Premier Ministre le 05 janvier 2022.

A noter également que les partenaires sociaux et des actuaires gabonais ont participé à cette étude. Une délégation des partenaires sociaux au nombre desquels Pierre Mintsa se rendra en Côte d’Ivoire le 23 janvier pour un partage d’expérience sur le système de pensions et retraites de ce pays. La CPPF, le cabinet Finactu et les partenaires sociaux avaient convenu de faire une présentation de rapport de l’étude après le séjour en Côte d’Ivoire. Le Directeur de la CPPF avait regretté que Monsieur Mintsa et la MSTGV en fassent un point de revendications, quand ils auraient simplement demandé d’avoir la présentation du rapport avant leur déplacement en Côte d’ivoire.

Selon, les données de la direction générale de la dette, 3 494 avances sur rappel ont été effectués pour une valeur de 2 464 209 270 et 1 827 situations ont été payées en intégralité. S’agissant du paiement de la dette contentieuse relative à l’indemnité de service rendu avril 2021, l’État a payé 2 milliards 100 millions.

A l’occasion de ces pourparlers, le gouvernement a rappelé notamment  à Pierre Mintsa qu’il n’avait jamais annoncé l’arrêt des paiements rappels soldes et de l’ISR, mais que tout est fait suivant une planification budgétaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top