Sommet UA-UE à Bruxelles: « les changements climatiques doivent constituer une opportunité plutôt qu’une menace pour l’Afrique » dixit Ali Bongo Ondimba

A l’occasion du 6ème sommet Union africaine (UA) et Union européenne (UE) regroupant les chefs d’Etat et de gouvernement des 27 Etats Européens et ceux des 55 pays membres de l’Union Africaine. Le Chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba a prononcé un discours axé sur le Changement Climatique, la Transition Énergétique, le secteur du Transport et Numérique.

Dans son discours, le président gabonais a déclaré que les changements climatiques doivent constituer une opportunité plutôt qu’une menace pour l’Afrique. « Notre engagement dans cette lutte est l’occasion de créer plus d’emplois, d’accéder à plus d’énergie propre et de développer une agriculture plus durable« , a-t-il souligné.

Selon Ali Bongo Ondimba, l’Afrique n’étant pas responsable de la situation, le continent doit privilégier sa croissance économique et le bien-être de sa population. C’est d’ailleurs tout le sens du partenariat qui doit lier nos deux continents, a-t-il précisé.

S’agissant de la transition énergétique, le président a rappelé qu’à la COP 26, ils se sont engagés à éliminer progressivement l’usage du charbon, qui est la source d’énergie la plus polluante, devant le pétrole et le gaz. « Aussi, je demeure persuadé qu’une transition énergétique efficace dépend de notre capacité à respecter cet engagement d’ici 2030« , a-t-il indiqué.

Pour le cas singulier de l’Afrique, la priorité est d’accéder à une énergie propre pour soutenir durablement nos efforts d’industrialisation. « J’ai résolument engagé le Gabon dans cette voie, vers une transition énergétique sans précédent« , a-t-il affirmé, ajoutant que celle-ci nous permettra de sortir d’un mix énergétique composé à 50% d’énergies fossiles, pour atteindre d’ici 2030 un mix énergétique 100% propre, dont 80% d’hydroélectricité.

S’agissant du Transport, le n°1 Gabonais a rappelé que depuis 1990, le secteur du transport a augmenté ses émissions de 10% et réduire ces émissions, sera un véritable défi technologique. Reconnaissant qu’il nous sera difficile d’atteindre la neutralité  carbone dans ce domaine, au regard de la croissance continue des échanges économiques et commerciaux entre pays et régions, le président Gabonais s’est enfin déclaré convaincu que  ce n’est qu’au prix de réformes fortes que nous y arriverons.

Abordant la question du numérique, le Chef d’Etat a indiqué que l’Afrique doit prendre toute sa place dans la 4ème révolution industrielle. Selon lui, par le numérique, nous devons créer des solutions innovantes pour nous aider à nous adapter, à renforcer notre résilience. « Au Gabon par exemple, j’ai créé une agence spatiale pour surveiller les forêts du Bassin du Congo, désormais premier puits de carbone de la planète. Car, ces forêts jouent un rôle de premier ordre dans la stabilité climatique de notre continent et de certaines zones d’Europe. Notre prochaine étape, au Gabon, sera l’accès à l’espace avec le lancement de nano-satellite« , a déclaré Ali Bongo devant ses homologues africains et européens.

Enfin, soulignons que lors de ce sommet, le président gabonais et Emmanuel ont échangé une chaleureuse accolade. Avec l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair, qu’il n’avait pas revu depuis quelques années, Ali Bongo Ondimba a eu des échanges fructueux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top