UN: Paul Marie Gondjout, dénonce le leadership autocratique de Paulette Missambo et de ses acolytes

Vraisemblablement mal conseillée par  l’opposant Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, membre du parti Union nationale (UN) et du collectif Appel à agir, Paulette Missambo agirait avec une attitude autocratique d’hostilité, de supériorité et de rejet. C’est en tout cas ce dénonce le Conseiller Municipal de Lambaréné et ancien baron du bureau sortant de l’Union Nationale Paul Marie Gondjout, dans une lettre au contenu accablant pour l’actuel présidente du parti.

A peine aux commandes de la structure politique, que Paul Marie Gondjout reproche déjà à la présidente de l’Union nationale plusieurs faits notamment d’avoir délocalisé le siège du parti de façon unilatérale, sans aucun motif officiel, bouleversant ainsi les symboles de cette formation politique. En effet il est connu de tous que le siège habituel de l’UN est une résidence située dans le quartier ancienne sobraga, offerte par Zacharie Myboto. « En agissant ainsi, Paulette Missambo veut marquer son territoire et fragiliser le camp Myboto qu’elle pense ne pas être favorable à sa présidence« , a déclaré un fidèle de Paul Marie Gondjout.

 Murmurée à l’oreille par Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, il est également reproché à Paulette Missambo de faire nommer des gens qui n’étaient jusqu’au moment de leur nomination pas militants du parti, notamment les représentants provinciaux de la Ngounié et du Haut-ogooue. Une situation qui créée actuellement des frustrations parmi les vrais militantes et militants qui ne comprennent plus ce qui se passe.

Dans sa missive, Paul Marie Gondjout reproche également à la présidente de l’Union Nationale la tenue d’une campagne d’adhésions hors du cadre statutaire, menée par des hommes et femmes qui n’en ont pas la compétence statutaire. Il y voit là, une volonté de modifier la base militante du parti en y introduisant des militants à la solde de la nouvelle présidente.

« Depuis que le bureau directeur des l’Union Nationale a été renouvelé, Paulette Missambo agit comme un leader autocratique. Le pouvoir est buté, comme tous les pouvoirs autocratiques, il est arrogant » indique un soutien de l’époux de Chantal Myboto. Selon ses détracteurs et notamment l’ancien homme fort de l’UN, Paul Marie Gondjout, l’actuelle présidente de l’UN avait prôné le rassemblement au moment de son élection mais à l’évidence, elle pratique la division.

Le parti de Myboto montre désormais des signes d’une certaine fragilité interne liée à des guerres intestines. Si l’on y prend garde, il pourrait atteindre un point de rupture qui entérinera la division de ce parti donc sa mort certaine. Car on le sait, c’est très difficile de réformer un système, fait de copinage, d’intérêts particuliers, de magouilles, de privatisation des ressources au profit de groupes de copains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top