Variole du singe : Le Gabon dispose désormais d’un plan de riposte

Le ministère de la Santé et des Affaires sociales gabonais appuyé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et Africa CDC ont organisé du 27 au 30 juin 2022 dernier à Libreville un atelier en vue de la conception et de la validation du plan de riposte contre l’épidémie de la variole du singe.

Au Gabon, la première apparition des cas humains de la variole du singe remonte aux années 1990. Et d’après le ministère de la Santé, il y a toujours un risque d’une éventuelle résurgence des cas au Gabon à cause de nombreux facteurs de risque. Notamment, « sa proximité géographique avec le Cameroun qui a signalé plusieurs épidémies de la variole du singe dans les populations humaines et animales au cours des 40 dernières années (11 foyers chez l’homme et 2 foyers chez des animaux) », soutient le ministère de la Santé.

 « Le Gabon a désormais un document qui lui permettra de faire face à une éventuelle épidémie de la variole du singe. C’est un outil important qui prépare le pays dans différents domaines ou piliers. Donc, sur le plan de la coordination, de la surveillance épidémiologique, du laboratoire des recherches, de la prise en charge, de la communication sur les risques, mais également sur le plan de la vaccination et de la logistique. Dans cet outil, on retrouve tout ce qu’il faut pour que le Gabon puisse réagir ou riposter en cas de variole du singe », a expliqué Alain Mbongo, directeur de l’Institut d’épidémiologie et de lutte contre les endémies.

Notons que la variole du singe est actuellement présente en Europe et dans certains pays africains. Par ailleurs, en date du 24 mai 2022 dernier, l’Organisation mondiale de la santé a confirmé l’existence de 131 cas détectés en dehors du continent africain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top