Vente illégale de bois: un manque à gagner annuel de plus de 184,8 milliards de FCFA

Le ministère des Eaux et forêts a organisé le 26 avril courant un atelier de formation des magistrats et des  juges sur l’application des lois en matière de lutte contre le commerce illicite du bois. Pour justifier la tenue de cet atelier, le ministre délégué de ce département Stéphane Bonda a révélé que la vente illégale du bois occasionne un manque à gagner annuel de plus de 184,8 milliards de FCFA.

« Pour appliquer les lois, il faut des gens qui connaissent la loi. Et ensuite, ces gens doivent avoir les moyens. Et au-delà de ces moyens, ces personnes doivent pouvoir se mobiliser sur le terrain en étant capable à la fois de sensibiliser les différentes composantes de la société, qui sont concernées par la problématique, tout en étant capable de stopper les actions sur le terrain et de conduire les procédures judiciaires jusqu’au bout. Donc, il n’y a pas de problème de lois, mais, un problème d’application de la loi », estime Ghislain Moussavou, le directeur général chargé de la gestion des forêts.

En effet, il semblerait que l’insuffisance constatée au niveau de l’application des textes juridiques favorise la persistance de ce trafic illégal au Gabon. Toutefois, le magistrat hors hiérarchie, Stanislas Koumba, atteste que l’arsenal juridique existant doit être connu dans ses moindres détails et nuances. Selon ce dernier, il contient certaines faiblesses et ne tient pas compte de quelques faits qui peuvent se produire. Ce sont des carences, des vides à évacuer pour un meilleur usage de la loi.

D’où l’importance de cette formation qui permet un échange entre les magistrats et les juges d’une part et le ministère d’autre part pour la mise en œuvre des actions destinées à booster la répression dans toutes ses formes légales de ce désastre, cette plaie qui gangrène l’économie du pays.

Notons que pour stopper ce trafic qui touche aussi les espèces forestières protégées exportées principalement en Asie, le gouvernement s’entoure de partenaires comme l’ONG Brainforest connue pour son plaidoyer en faveur de la gestion durable des forêts et de la conservation de la nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top