Vie chère: Que fait la DGCC quand les boutiquiers sabotent les efforts des autorités

L’augmentation des prix de certains produits de première nécessité sont de plus en plus récurrent dans les quartiers du Grand Libreville où les détaillants n’hésitent pas à multiplier les prix au détriment de la population déjà asphyxié.   

En effet, la mercuriale commerciale adoptée d’un commun accord entre le gouvernement et les acteurs du commerce est tout simplement flouer au pied par les Boutiquiers et les propriétaires de supérettes. La raison évoquée par ces derniers est sans surprise, la crise Russie-Ukraine actuelle ou encore la crise sanitaire marquée par la pandémie à coronavirus.

Qu’il s’agisse de l’huile de cuisine, la boite de sardine, la baguette de pain, les œufs, ou encore le riz pour ne citer que ces produits, les prix ont considérablement étaient revu à la hausse dans les boutiques de la place et ce, malgré l’ensemble des efforts déployés par le gouvernement pour rendre la tâche moins pénible aux ménages,

Désormais seul compte le profit pour ces commerçants sans foi ni lois. A l’inverse aujourd’hui des grandes surfaces qui contrairement aux idées reçus respectent scrupuleusement la mercuriale mise en place. « Casino ( Mbolo) bidon d’huile cuisinor 4900 FCFA. Bouteille d’huile cuisinor 900ml 1100fcfa. Les gens du quartier (vendeurs) et autres c’est vraiment vous les Russo-Ukrainiens avec le Bidon à 6500- 7500, la bouteille 1500 », a indiqué excédée Liliane Moukagni une compatriote.

Autant dire que la situation devient de plus en plus intenable pour la population qui ne sait plus à quel saint se vouer pour pouvoir joindre les deux bouts et vivre convenablement. La question qui taraude plus d’un est de savoir que fait exactement la direction générale de la consommation et de la concurrence(DGCC) face à cette situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Commentaire
scroll to top